Castle, un copshow qui se laisse regarder

Alors voilà mon dernier guilty pleasure, sur lequel je suis tombée tout à fait par hasard, un soir d’errance devant la télévision…

Ni une ni deux, j’ai tout repris depuis le début, et le premier coup de cœur ne s’est pas démenti. Voilà la dernière série que j’ai dévoré à un rythme vraiment indécent…

castle

Castle, c’est l’histoire d’un écrivain de best-sellers, Richard Castle, qui trouve en l’enquêtrice Kate Beckett une source d’inspiration pour sa nouvelle héroïne. Grâce à son amitié avec le maire, il se fait pistonner et peut alors travailler à ses côtés, et l’aider dans la résolution des enquêtes.

Je me demande encore comment j’ai accroché aussi vite à un copshow, genre auquel je suis assez insensible d’habitude… Pourtant la recette est simple : du ship et de l’humour, et me voilà à passer mes nuits à enchainer les épisodes !

Franchement, les intrigues policières en elles-mêmes ne sont pas ce qui m’a fait tenir pendant ces deux saisons. Castle n’offre rien d’original dans ce registre. Les cas se suivent et se ressemblent, et j’avoue avoir décroché quelques fois au cours d’une enquête.

Mais l’immersion d’un écrivain au cœur d’affaires criminelles, apprenant au quotidien la différence entre la fiction et la réalité, voilà tout l’intérêt de la série ! Chaque épisode joue avec les codes du polar, s’amuse avec les parallèles entre ce qu’aurait pu écrire Castle et la réalité de l’enquête de Beckett. Les rebondissements, les fausses pistes, les théories échafaudées par Castle, sont autant d’éléments qui rendent la série agréable à regarder.

Il y a aussi une sympathie envers les personnages qui relève le niveau de la série et fait souvent passer l’intrigue au second plan. Qu’il s’agisse de Castle, de sa famille ou des policiers qui l’entourent, tous sont simples et assez attachants.  Il y a un ton et un humour qui donnent une identité particulière à la série, et qui l’éloignent du simple copshow. Nathan Fillion en Richard Castle me fait mourir de rire à chaque épisode, et je pourrais presque regarder la série rien que pour lui. Mais c’était sans compter son duo avec Kate Beckett que je trouve vraiment divertissant également. Leur collaboration, basée sur d’éternelles chamailleries, ne m’ont lassé à aucun moment et ont ravi la shipper qui sommeille en moi… Le cœur de mon guilty pleasure, le genre de relation que j’adore suivre tant qu’elle ne se concrétise pas…

Pour finir, il y a tout un tas de guests chers à la sériphile que je suis que j’ai pris plaisir à croiser durant ces deux saisons : entre autres Patrick Bauchau, le mentor de Jarod dans le Caméléon, Dana Delany de Desperate Housewives en profileuse du FBI tout à fait convaincante et Michael Trucco, Anders de Battlestar Galactica qui vient faire les yeux doux à Kate…

Castle, c’est le genre de copshow que je pensais ne pas aimer et qui s’avère être une sympathique série sans prise de tête et purement divertissante. Il se pourrait bien que je sois au rendez-vous pour la saison 3 !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

7 réflexions au sujet de « Castle, un copshow qui se laisse regarder »

  1. Je pense à peu près la même chose de la série. J’adore, c’est du pur divertissement devant lequel je m’amuse beaucoup. Je ne le qualifierais même pas de guilty pleasure parce que je n’y vois rien de coupable (mon guilty pleasure du moment, c’est Smallville ^^’). Je suis tombée sous le charme de ce duo. J’aime assez les copshow mais celui-là à un écrivain comme personnage et ça m’a tout de suite plu.

    • Pour ma part, une série policière, grand public, américaine, diffusée sur un network familial suffit pour que je la range dans mes guilty pleasure… Elle n’est pas du tout dans mes critères et je ne me serai jamais aventurée à y jeter un œil si je n’étais tombée dessus par hasard à la télé… Comme quoi, je peux encore être surprise par des séries ‘grand public’, ça fait plaisir ;)

  2. ça y est, je m’y suis mise aussi !! J’aime beaucoup, notamment en raison des personnages, qui sont très sympa, et de la confrontation auteur-policier. Une vraie série détente.

    • Rho ça me touche !

      Mais malheureusement, j’ai un gros projet à côté en ce moment (un départ imminent à l’étranger pour toute une année) et je vais sûrement devoir laisser mon petit blog à l’abandon (et ça me fend le cœur…)
      Je vais faire un dernier billet pour donner les raisons, mais en ce moment – bien que je regarde toujours autant de séries – je n’ai pas vraiment la tête à en faire des articles…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>