Jekyll, le mythe revisité par la BBC

Jekyll, c’est l’histoire revisitée du Docteur Jekyll qui se transforme en Mister Hyde. Dans cette série produite par la BBC et créée par Steven Moffat, on quitte l’ambiance victorienne du roman de Robert Louis Stevenson pour s’installer dans l’Angleterre contemporaine. Jekyll n’est pas vraiment une adaptation du récit de Stevenson mais plutôt une suite qui se déroule plus d’un siècle après la découverte de la potion qui transformait le bon docteur Jekyll en affreux Mister Hyde.

jekyll

Le fameux docteur Jekyll est renommé pour l’occasion en Tom Jackman. Celui-ci a la quarantaine et mène une existence paisible aux cotés de sa femme Claire et de ses deux enfants. Il est chercheur en génétique et donne l’image d’un homme ordinaire. Pourtant, cette banalité n’est qu’illusion. En l’espace d’un instant, Jackman peut changer de visage et laisser place à son double maléfique, violent et imprévisible, Mister Hyde.

Ça a commencé insidieusement, lui-même ne s’en souvient pas exactement. Petit à petit, Hyde s’est installé à mi-temps, dans son corps et dans son esprit, l’obligeant à revoir sa vie de fond en comble. Il doit quitter femme et enfants pour les protéger de sa part sauvage, instaurer des règles et des moyens de communiquer avec « l’autre »… Mais l’égo démesuré de Hyde grandit chaque jour et la cohabitation devient de plus en plus difficile.

Le Docteur Jackman se décide alors à engager Katherine, une infirmière psychiatrique chargée de réguler les emplois du temps de ces deux personnalités. Seulement il ignore les réelles motivations de la jeune femme. Tandis que cette nouvelle assistante travaille en réalité pour une mystérieuse organisation, sa femme, Claire, a également engagée une détective pour espionner ses agissements suspects. Doublement traqué, Jackman fait ce qu’il peut pour maintenir sa vie en équilibre, mais ce qui est sûr, c’est que le cas Hyde est l’objet de toutes les convoitises.

jekyll_hyde

C’est l’acteur anglais James Nesbitt qui se glisse à la fois dans la peau de Jackman et de Hyde. Jekyll, loin d’user de transformations spectaculaires, joue davantage sur la finesse d’une métamorphose plus psychologique que physique. Et c’est avec un talent fou que James Nesbitt arrive en une fraction de seconde à passer du terne Tom Jackman au flippant mais flamboyant Mister Hyde. Sa composition est vraiment époustouflante et il réussit le tour de force de rendre attachant Hyde autant que peut l’être Jackman dans un registre totalement différent. Troublant.

Steven Moffat – l’un des scénaristes les plus doués de sa génération d’après moi – excelle dans son art et nous embarque dans une belle mais terrifiante histoire sur la condition de l’homme moderne. Il revisite le récit originel pour exprimer d’autres problématiques : le désarroi d’un père de famille qui voit venir la vieillesse, en se rendant compte avec effroi qu’il n’a jamais osé être lui-même. Il va même plus loin en explorant la complexité des rapports amoureux, et sur l’effort inimaginable d’un homme pour rendre sa femme heureuse en trouvant l’équilibre parfait entre la part du mari fidèle et celle de l’amant sauvage. Ou comment faire d’une simple série fantastique une grande histoire d’amour…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

6 réflexions au sujet de « Jekyll, le mythe revisité par la BBC »

  1. Je n’ai jamais été vraiment tentée par la série…jusqu’à ce que je sache qu’elle avait Steven Moffat comme scénariste. C’est pour moi le meilleur argument possible pour me faire regarder une série. Je suis entièrement d’accord avec toi quand tu dis qu’il est l’un des scénaristes les plus doués de sa génération. Du coup, je me laisserais bien tenter par Jackyll. Surtout que ton billet m’a convaincue qu’il faut vraiment que je jette un œil à cette série. Dès que j’en ai l’occasion, je m’y mets.

    • Sincèrement, je m’y suis intéressée d’abord parce que c’était Moffat aux commandes.
      Et comme c’est une « mini-série » de 6 épisodes, ça m’évitait de m’embarquer dans une nouvelle et longue série. Et j’ai pas été déçue !

  2. J’ai bcp aimé cette série, même si la conclusion m’a un peu laissé sur ma fin. Mais rien que pour le jeu absolument époustouflant de Nesbitt, cette série vaut le coup. Il est est flippant à souhait en Jekyll alors qu’en Jackmann il parait tellement inoffensif…
    Et comme tu dis (je le repère svt d’ailleurs), ce format de 6 épisodes avec une intrigue bouclée est tjrs rassurante car on sait que l’histoire est construite de A à Z….et que la série ne s’arrêtera pas au milieu.

    • C’est vrai que le final est un peu trop rapide et l’explication demande à elle seule une seconde saison.
      Mais que c’est bon de regarder une série où les scénaristes savent où ils vont dès le début et racontent ça comme un conte…

  3. Ping : Day 17 – Favorite mini series | Le coin d'Oniros

  4. Ping : Comic Con’ France – Passionnant Steven Moffat… | Le coin d'Oniros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>