Ma rentrée comedy : les nouvelles New Girl et Suburgatory

En ces temps de rentrée de séries américaines, j’étais à l’affût des nouvelles comedy à me mettre sous la dent.

J’ai retrouvé mes petites séries habituelles : la bande à Sheldon avec The Big Bang Theory, le college de Greendale avec Community et les familles modernes et barrées de Modern Family. J’ai aussi fait le ménage en arrêtant pour de bon How I Met Your Mother, hélas le génial Neil Patrick Harris ne suffit plus à me garder devant cette série…

Je me garde évidemment Leslie Knope et les autres de Parks et Recreation, ma dernière découverte puis je vais suivre avec curiosité cette saison de The Office sans Steve Carrell !

Dans les nouveautés comedy, il y avait une série qui me tentait : New Girl. C’est l’histoire de Jess, la jolie Zooey Deschanel qui quitte son copain après avoir découvert qu’il la trompait. Elle se retrouve alors en colocation avec trois garçons qui découvrent son côté naïf et étrange, et qui vont essayer de lui remonter le moral malgré tout.

Le trailer avec le côté frais et décalé de Zooey Deschanel m’avait bien plu. Résultat : son personnage s’avère finalement assez agaçant, je trouve les trois colocataires presque plus intéressants qu’elle. Le pilot est beaucoup trop « girly » pour que j’accroche réellement. Les quelques épisodes suivant que j’ai vus sont un peu mieux mais ne m’ont pas fait franchement rire. Bref je lui donne encore quelques épisodes mais sans grande conviction…

Ma jolie découverte comedy, c’est Suburgatory, un mélange du mot « suburbs », les banlieues, et  de « purgatory », le purgatoire. C’est une série qui reprend la thématique des banlieues américaines et nous invite dans un délire légèrement absurde dans l’histoire entre une ado et son père.

On suit Tessa, ado cynique et rebelle, qui déménage avec son père de Manhattan à une banlieue chic qui représente tout ce qu’elle déteste.

C’est un peu une critique des banlieues américaines entre les (desperate) housewives siliconées et botoxées, les rumeurs et le bonheur parfait pas si idyllique qu’il n’y paraît. La relation entre le père et la fille rend assez « vraie » et c’est une surprise de retrouver Jeremy Sisto à mille lieues de son personnage dans Six Feet Under.

La série ne fait pas rire aux éclats mais j’ai bien aimé l’ado sarcastique et son regard sur son nouvel univers.

Le problème de la série serait peut-être son grand écart entre son délire absurde et sa volonté de donner une morale à la fin de l’épisode. A voir si elle s’en sort dans les prochains épisodes…

Et vous, vous avez eu des coups de coeur pour des séries comiques ?

[Pilot] Terra Nova

Terra Nova, la série de Spielberg au budget indécent (presque 20 millions pour ce pilot) et au pitch alléchant était l’une des séries de la rentrée que j’attendais.

Mon sentiment après voir vu le pilot ? Assez partagé.

En 2149, alors que la Terre est menacée d’extinction, des scientifiques découvrent une porte spatiotemporelle permettant de remonter le temps dans le but de reconstruire une civilisation qui respecterait la planète.

C’est en suivant la famille Shannon qu’on découvre l’état de la Terre, surpeuplée, polluée, au bord de l’asphyxie, puis assez rapidement on passe de l’autre côté de cette porte pour s’installer dans la nouvelle colonie Terra Nova.

Les héros sont donc envoyés pour un aller-simple 85 millions d’années en arrière, à l’ère jurassique. Pour éviter tout problème de paradoxes temporels, on nous explique rapidement qu’ils ne sont pas sur le même flux temporel et de cette façon les éventuels soucis de timey-wimey sont réglés.

De prime abord, Terra Nova c’est un peu l’univers de Jurassic Park qui aurait rencontré celui d’Avatar. Les idées sont piquées dans des séries et des films vus et revus, et sur ce point-là on ne peut pas dire que la série brille par son originalité.

Alors non ce n’est pas mauvais mais ce n’est pas le chef d’œuvre attendu non plus. Ça se présente comme un bon divertissement. J’ai trouvé qu’il y avait de grandes ressemblances à Lost. Les Sixers pourraient être les Autres, la menace des dinosaures rappellent celle de la fumée noire, un endroit à explorer, des mystères à résoudre… Ainsi dès le pilot les questions s’enchainent : que sont ces symboles sur les rochers, quelle est l’identité des Sixers et pourquoi se sont-ils séparés du groupe, qu’est-il arrivé au fils du commandant Taylor, quelle est la vérité sur le projet Terra Nova…? C’est évidemment une bonne chose pour tenir la série en longueur, mais ça peut-être à double tranchant… Après tout, The Event aussi s’inscrivait dans les séries à mystères et elle s’est terminée au bout de sa seule saison sans pouvoir répondre aux nombreuses questions qu’elle avait posé.

Les dinosaures étaient l’une des choses que j’attendais avec impatience, et j’en suis assez déçue. Vu le budget de la série, on pouvait s’attendre à mieux. Si j’ai été bluffé par les images de la Terre de 2149, les bestioles préhistoriques ne m’ont pas vraiment emballé.

J’aurais aimé dire que je n’ai pas aimé au point d’abandonner tout de suite la série mais l’ennui, c’est que l’idée de base me plait énormément. Un nouveau départ pour le bien de l’humanité, comment reconstruire son passé sur de bonnes bases pour sauver son avenir… je trouve que ça peut-être passionnant !

J’ose espérer qu’on ne va pas se focaliser sur les Shannon qui ne sont qu’une grosse caricature de la cellule familiale qu’on nous rabâche régulièrement. Ils m’ont assez vite gonflé et ça serait plus intéressant de suivre le développement de la communauté à travers une palette de personnages différents. C’était la force de Lost et c’est un peu le point noir ici, difficile de s’attacher à l’un des personnages pour l’instant.

Finalement ça ne sera pas la série événement que j’attendais mais un simple divertissement que je regarderai poussée par ma curiosité.

Sinon je suis la seule à avoir été choquée dès les premières images dans le camp de Terra Nova ? Des militaires armés pour accueillir les colons quand on veut repartir de zéro pour le bien de l’humanité, je suis pas sûre que ce soit repartir sur de bonnes bases…

Torchwood : Miracle Day, la déception

Je ne voulais pas écrire cette review parce que je n’ai pas grand chose de positif à dire sur cette saison, puis après avoir ruminé ma déception, j’ai finalement décidé de partager avec vous le pourquoi du comment…

Torchwood et moi, c’est une histoire particulière. Ça a commencé simplement en cherchant à découvrir une série fantastique, avec la touche british en plus. J’ai regardé et aimé les deux premières saisons comme un simple divertissement : une équipe d’agents chargés d’enquêter et de protéger la Terre contre les aliens. Le pitch ne promet pas monts et merveilles, le budget n’est pas faramineux et ça se sent, les histoires sont loin d’être crédibles mais c’est tout le charme de Torchwood je trouve. Se laisser prendre au jeu, suivre ces personnages si différents les uns des autres et commencer à s’y attacher malgré tout. Puis surtout être séduite par Jack Harkness, ce Captain d’un autre temps qui mène avec bienveillance et détermination son équipe à travers les épreuves. Bref, au bout de deux saisons d’aventures, j’étais conquise. Puis entre temps j’ai découvert Doctor Who, et là c’était foutu. J’étais tombée dans la marmite du Whoniverse.

Autant dire que la troisième saison Children of Earth, après deux saisons à considérer la série comme du simple divertissement, m’a bouleversé. Les sujets abordés, son traitement extrême et sans pitié, son regard porté sur l’Homme ont directement hissé Torchwood dans mon petit panthéon personnel des séries.

D’où ma grande déception de cette dernière saison, the Miracle Day.

Miracle Day ou l’histoire du monde quand la Mort cesse d’exister. L’idée était géniale, surtout autour d’un personnage qui lui ne peut pas mourir depuis des siècles. Je suis d’autant plus frustrée que certaines pistes évoquées étaient intéressantes. Les conférences mise en place par les médecins pour gérer cette nouvelle non-mortalité et l’explosion de la démographie laissaient présager une réflexion passionnante sur notre société… Mais non, le sujet n’a pas été approfondi. J’ai cette désagréable sensation que tout a été survolé pendant la saison. Pourtant le format de la série – 10 (longs !) épisodes – aurait pu permettre de se poser, d’observer comment la société en général réagit à ce Miracle, puis au travers des citoyens eux-mêmes, on aurait pu prendre le temps de construire des relations entre les personnages, de nous donner de la profondeur à ces derniers. Mais l’action a été préférée à l’introspection. L’introduction de la CIA tourne malheureusement très vite la série vers une sorte de thriller politique. Aucune allusion à des aliens, aucun gadget extraterrestre, on en vient à se demander quelle est l’utilité de reformer Torchwood. On comprend au fil des épisodes l’utilité de Jack Harkness en tant que personne mais je n’ai pas du tout saisi l’intérêt de mobiliser Gwen, puis d’impliquer Rhys dans l’histoire à travers des séances de webcam inutiles…

Je suis un peu amère. Je ne suis pas forcément une inconditionnelle de séries fantastiques mais dans ce cas je ne comprends pas pourquoi faire une nouvelle saison de Torchwood s’il n’y a plus rien de l’essence de Torchwood. Seul Jack reste le pilier de cette saison et pourtant même lui a perdu de son charisme et de sa prestance. Un seul épisode, le 4×07, Immortal Sins – le meilleur pour moi – se concentre sur son passé et nous éclaire sur les raisons de ce mystérieux Miracle.

Concernant les nouveaux personnages, on peine à s’attacher à l’un d’entre eux. Entre deux explosions, pas facile de prendre le temps de connaître leurs motivations, leurs failles ou leur part d’humanité. Esther est la seule pour qui j’ai eu un court soupçon de sympathie. Le Docteur Juarez dans une autre mesure était un personnage que j’ai bien aimé également. Pour les autres, quelle déception ! Je me souviens encore de l’excitation quand j’avais lu les noms de Bill Pullman et Lauren Ambrose au casting de Torchwood

Pour Rex, c’était mal parti dès le premier épisode et à aucun moment je n’ai réussi à avoir ne serait-ce qu’une once de sympathie pour ce personnage.

Je ne parlerai pas de l’américanisation de la série. Après tout, il y a des séries d’action et/ou fantastique que j’aime beaucoup outre-Atlantique. Je savais pertinemment qu’en délocalisant Torchwood, on perdrait la touche britannique, sauf que j’ai l’impression d’avoir perdu beaucoup plus que ça…

Je ne ferai aucun commentaire sur la toute fin, ce fameux twist qui devrait nous donner envie d’attendre avec impatience la suite. Pour ma part, je me demande encore comment Russel T. Davies a pu faire ça de sa série… Peut-être que je changerais d’avis, mais à l’heure actuelle, je ne pense même pas regarder la prochaine saison. Je préfère effacer cette chose de ma mémoire et me souvenir des trois saisons que j’avais tant aimé.

 

Bref, les raisons d’un succès

Je le vois bien dans les statistiques du blog, la mini-série Bref de Canal provoque un  engouement certain, un buzz énorme comme on dit. Il n’y a qu’à voir la page officielle sur Facebook qui frôle bientôt le million de membres, pour s’en assurer : c’est un vrai succès populaire !

C’est bien l’une des rares séries qui fédère autant de monde en ce moment.  Je suis sûre que vous aussi, vous vous êtes rendus compte que dans vos amis Facebook, vous avez des contacts de cercles complètement différents qui aiment pourtant la page de Bref.

Pourquoi ce succès inattendu ?
Parce que c’est tout simple et que chacun s’y reconnaît j’imagine. Je fais partie de ceux qui se sont marrés en se disant « mais c’est complètement moi ! » devant l’épisode Bref, je remets tout à demain ou Bref, je suis comme tout le monde.
Les situations sont issues du quotidien et il suffit qu’on appartienne à la génération des 20-35 ans pour forcément se retrouver à un moment dans le quotidien de ce Monsieur-tout-le-monde.

D’après moi, le format doit jouer sur le succès de la série également. C’est court, 100 secondes, ça se regarde n’importe quand, ça s’échange, ça se recommande. Le format ‘tranche de vie’ me fait penser aux épisodes d’Un gars, une fille, qui pouvaient eux aussi se regarder dans le désordre. Ça ne demande pas beaucoup de temps, pas énormément d’attention, et ça reste quand même la minute bonne humeur de la matinée…

Pour ma part, si j’ai été séduite dès le premier épisode, je trouve que tous ne sont pas au même niveau. J’ai mes préférences, certains qui me font franchement rire et d’autres où j’esquisse à peine un sourire… La fraicheur de la nouveauté a sans doute contribué à l’enthousiasme, reste à voir si le concept et l’humour tiennent la distance…

Et vous qu’est-ce qui vous plait dans Bref ?

Ce billet pour vous dire aussi que je vais arrêter de proposer les vidéos des épisodes à voir ou à revoir. Ce n’est pas tellement le but du blog à la base et les nombreuses visites et requêtes que je recevais dernièrement avaient pris le pas sur la façon dont je vois mon Coin. Mais pour les moins débrouillards d’entre vous, je vous guide jusqu’au site de Canal Plus tout simplement où tous les épisodes sont disponibles gratuitement !

 

Misfits : « Vegas Baby ! » ou l’adieu à Nathan

La très bonne série anglaise Misfits reprendra cet automne pour une 3ème saison. J’avoue que je suis un peu mitigée, je ne sais pas quoi en attendre. Pendant 2 saisons, la série a été plutôt bonne mais depuis les rumeurs puis l’annonce du départ du personnage de Nathan, interprété par Robert Sheehan, j’ai un peu peur pour la suite.

Il n’était pas le seul à porter le succès de la série, mais son charisme, son attitude et son humour particulier en faisaient tout de même un élément important de la bande…

En attendant la 3ème saison et l’introduction d’un nouveau personnage, il y a cet épisode de 9 minutes diffusé uniquement en ligne, qui explique les raisons de l’absence de Nathan.

La vidéo n’est plus disponible, elle a été bloquée à cause des droits d’auteur

A la fin de la saison 2, Nathan perd son pouvoir d’immortalité et hérite de pouvoirs de magicien. Il mène une belle vie d’escroc à Las Vegas avec sa chérie Marnie et son petit. Il semble profiter de son nouveau pouvoir dans les casinos mais se fait stupidement pincer (il gagne avec un 7 sur un dé !) et finit par se retrouver en prison.

Alors qu’en penser ?

Bof. Pour moi, ce n’est pas une fin digne de Nathan. Ce n’est ni époustouflant, ni grandiose, ni triste. Rien. Juste « histoire de dire »… Je me demande même s’il n’aurait pas été plus judicieux d’expliquer son absence par quelques phrases en début de saison 3 sans passer par un web épisode indépendant…

Là, ça me donne surtout l’impression de remuer le couteau dans la plaie. Voilà, cette frustration de savoir qu’on va devoir se passer du talent de Robert Sheehan, de son bagou, de sa gouaille, le tout avec pas mal de regrets pour ma part… Reste plus qu’à attendre de voir ce que va donner cette saison 3 de Misfits !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...