Game of Thrones – Winter is coming

A la base, ce genre de fantasy-là, ce n’est pas tout à fait ma tasse de thé. Il manque cruellement de magie pour me laisser séduire au fil des pages. Mais c’est tellement rare de voir de la bonne fantasy portée sur le petit écran, que je n’ai pas envie de chipoter plus que ça.

C’est une tâche assez difficile de résumer Game Of Thrones. Je dirai pour faire simple que dans un monde qui n’est pas le nôtre (c’est le propre de la fantasy) où les saisons peuvent durer des années, des forces surnaturelles se pressent aux portes du Royaume des Sept Couronnes. Au Nord, il y a la confrérie de la Garde de Nuit, chargée de protéger le royaume de toute créature pouvant provenir d’au-delà du Mur protecteur. Et plus au Sud, il y a des complots et des rivalités qui se trament pour s’emparer du Trône de Fer, le symbole du pouvoir absolu sur le continent. Mais après un été de dix années, un hiver rigoureux s’abat sur le Royaume avec la promesse d’un avenir des plus sombres….

J’ai suivi le projet d’adaptation de loin, puis j’ai entendu les premières critiques et les éloges récentes et j’ai finalement craqué, préférant lire le premier tome avant de me lancer dans la série, en fermant les yeux sur tous les spoilers possibles ces derniers temps.

Quand vient le temps d’enfin regarder le premier épisode, c’est avec une petite boule d’appréhension que je découvre les premières images.

Dans les livres, il y cette complexité dans les intrigues, cette profondeur dans les personnages et les relations qu’ils entretiennent entre eux, des stratégies et des complots entre les Maisons autour de ce fameux Trône de Fer… Et tout l’enjeu était là : comment porter à l’écran toute la richesse de l’univers sans perdre les téléspectateurs en route (ou sans devoir regarder la série avec une encyclopédie sous le coude…)

Et presque toute cette appréhension s’est envolée dès le générique. Superbe thème musical, dont je ne me lasse pas et qu’à aucun moment, je n’ai eu envie de zapper. Très beau esthétiquement et astucieuse façon de visualiser les différentes cités, les Maisons avec leurs insignes, qui change à chaque épisode selon l’évolution géographique des personnages.

Dès le début, on s’identifie assez normalement à la maison Stark puisque comme dans le livre, c’est par leurs yeux, qu’on découvre ce monde. On s’attache rapidement à Ned, Eddard Stark qui devient un peu malgré lui la Main du Roi et qui va nous mener avec lui au cœur des intrigues.

C’est donc avec émerveillement que je découvre des héros de papier prendre vie sous mes yeux. Ned Stark et sa famille, l’entourage du Roi, les Lannister, puis Daenerys et son frère… Je trouve tous les personnages castés parfaitement. Tous sont aussi attachants, beaux et/ou détestables que dans mon esprit !

Il y a des scènes très imagées dans le livre que j’avais vraiment hâte de découvrir sur écran :  la découverte du Mur par Jon Snow, les leçons de danse d’Arya, ou encore les cellules célestes au Val d’Arryn entre autres… Et toutes sont à la hauteur de mes espérances !

J’avais peur que les intrigues soient trop complexes à suivre, mais les transitions sont finement réfléchies. Certains personnages restent dans l’ombre, d’autres sont mis en avant. Le travail d’adaptation est vraiment intéressant parce que ça ne doit pas être chose aisée de condenser près de 1000 pages en 10 épisodes…  Il y a par exemple des personnages dont je n’avais pas noté l’importance à la lecture comme Ser Loras Tyrell et Lord Renly Baratheon. Et il y a d’autres choses qui me manquent vraiment : les loups ! Où sont les loups ? Ils sont sensés suivre les enfants Stark comme leur ombre et pourtant on ne les voit presque jamais…

Enfin, on n’a pas le temps de souffler ou de s’ennuyer. Le rythme n’est jamais lent, les scènes cruciales s’enchainent sans temps morts, à tel point que je suis plusieurs fois exclamée « Quoi ? C’est déjà cette scène-là! »
Finalement, 10 épisodes, je trouve que c’est presque trop court pour toute la richesse de cet univers.

Si c’est avec un sentiment d’appréhension mêlé à de l’excitation que j’ai commencé la série, c’est avec une grande impatience que je vais attendre la saison 2. C’est une série qui a tout pour me plaire, une série où les personnages sont si bien écrits, si complexes, où l’on s’attache forcément, où l’on pleure et souffre avec eux. Et là avec Game Of Thrones, s’il y a bien une chose qu’on apprend, c’est que s’attacher à ces personnages, c’est à nos risques et périls, puisqu’on on ne sait jamais qui sera le prochain à avoir une fin tragique…

Merlin – Saison 1

Merlin, c’est une série qui propose de revisiter et de moderniser les légendes arthuriennes en racontant la jeunesse de Merlin, le grand sorcier que tout le monde connait.

merlin-serie

On découvre Merlin quand il débarque à Camelot, envoyé par sa mère chez Gaïus, le médecin du roi, où elle espère qu’il pourra apprendra à contrôler ses dons de magie. Parce que si l’on connait tous le grand Merlin, l’enchanteur, celui qui guide Arthur vers sa destinée, il n’est ici qu’un adolescent un peu maladroit, un peu simplet qui ne maitrise pas vraiment le don qu’il possède. Ce qui pose problème, vu qu’Uther Pendragon, roi de Camelot a tout simplement aboli et interdit l’usage de la magie dans son royaume sous peine de mort. Paradoxalement, la magie reste le fil conducteur de la série. A chaque épisode, les ennuis sont invariablement de source surnaturelle : vengeance, résurrection, empoisonnement, malédiction… des classiques de la fantasy en somme, qui ne seront résolus que grâce à Merlin et à sa magie.

Merlin_Arthur

On pourrait croire que Merlin est le pivot central de l’histoire, mais la série offre une palette de personnages tous plus intéressants les uns que les autres. Il y a d’abord Arthur, le prince de Camelot, que Merlin rencontre dès son arrivée et avec qui une relation conflictuelle nait dès le départ. Ils ne se supportent pas, mais lui ayant sauvé la vie, Merlin se voit devenir son serviteur et donc de l’assister au quotidien. Arrogant et tête à claques, Arthur n’a pas encore l’étoffe du roi qu’il va devenir, mais les bases sont posées. Merlin apprend que c’est sa destinée de veiller sur Arthur, de le protéger, pour qu’un jour, la magie soit de nouveau autorisée dans le royaume. Les deux jeunes gens sont donc contraints de se côtoyer, d’apprendre à se connaître et l’évolution de cette relation est assez intéressante.

merlin-uther

Ce qui fait la force de cette série d’après moi, c’est d’ailleurs les relations entre les personnages, complexes et travaillées. Si la relation entre Arthur et Merlin me paraît centrale, les autres ne sont pas en reste. La relation père-fils du roi Uther Pendragon avec Arthur est dure et sévère, mais souvent juste. Anthony Head est par ailleurs très très bon en roi devant mener d’une main de fer son peuple. Il y a une très belle relation également avec Morgana, sa pupille, qui offre de belles scènes et de beaux dialogues.

En parlant de Morgana, il y a une autre chose que j’aime beaucoup dans cette série, ce sont les costumes. Superbes. Que ce soit les robes de lady Morgana justement, les armures des chevaliers ou les tuniques de Merlin ou d’Arthur, je les trouve vraiment bien foutus et authentiques.

Concernant les effets spéciaux, je m’attendais à pire. C’est cheap, mais pas tant que ça. C’est après tout la signature des séries british… On baigne en pleine fantasy médiévale, les créatures fantastiques font donc leur festival : dragon, griffon, araignée géante, licorne… Elles ne sont pas toujours très crédibles mais elles restent tout de même assez réussies tant qu’elles ne sont pas même pas sur le même plan qu’un acteur de chair…

merlin-dragon

Bref, une jolie découverte, un petit plaisir, un pur divertissement. Si les intrigues ne volent pas haut, le casting vaut le détour, les relations se mettent en place et l’ambiance médiévale empreinte de magie a su me séduire… Voyons voir la saison 2 !

Day 16 – Your guilty pleasure show

- La série plaisir coupable

Merlin.

Merlin-Arthur

C’est compliqué de définir un plaisir coupable. Aucun plaisir ne devrait être coupable… Et finalement, toutes les séries que je regarde, je les assume sans aucun problème. Pour moi, ça sera donc une série sans prétention, un peu cheap mais-pas-tant-que-ça, qui se révèle être un pur divertissement à regarder…

Et moi ça me suffit ! Certains critiquent la très libre adaptation des légendes arthuriennes, mais après tout, ce ne sont que des légendes justement. Personnellement, ça ne me choque pas plus que ça. Il y a donc des magiciens, des sorcières, un roi, un prince, des princesses en devenir, des chevaliers, des bêbêtes et des créatures fantastiques… bref, ça baigne dans la fantasy et le médiéval et j’adore ça ! Et puis, mon vrai guilty pleasure, c’est d’être un peu gaga des deux loupiauds, Arthur et Merlin… Sont trop cute je trouve…

Starz, la chaîne qui a le vent en poupe

Le nom de Starz ne vous dit rien ?

Je vous rassure, il m’était complètement étranger jusqu’à cette semaine.

Starz, c’est une petite chaîne câblée américaine qui a vu récemment sa notoriété s’accroitre grâce notamment au succès de Spartacus : Blood and Sand.

Mais c’est aussi (et surtout) la chaine qui récupère le projet Torchwood aux States ! Après avoir échappé à un éventuel remake américain, nous voilà rassurés, une nouvelle saison de Torchwood verra bien le jour. C’est Russell T. Davies qui reste aux commandes (ouf !) et John Barrowman et Eve Myles sont d’ores et déjà assurés de faire partie du casting (re-ouf !). De nouveaux personnages viendront s’ajouter à l’équipe et il faut s’attendre à ce que la saison soit plus internationale. J’imagine qu’ils ne vont plus se contenter que de Cardiff à l’avenir…

torchwood-institut

Bref une bonne nouvelle et un gros soulagement ! Cette saison 4 sera diffusée pendant l’été 2011, sur Starz aux Etats-Unis et sur BBC One en Angleterre.

Pour vous prouver que Starz est une petite chaine qui monte, qui monte, il y a cet autre projet qui donne envie : Camelot. A ne pas confondre avec Kaamelott donc, mais qui sera elle aussi une série historique autour des aventures du roi Arthur.

Et le casting est plutôt prometteur : Joseph Fiennes (qui revient du flop de Flash Forward) sera Merlin, la belle Eva Green sera Morgane, on trouvera Jamie Campbell Bower (le Caïus de Twilight ou récemment Number 11-12 dans le remake du Prisonnier) dans le rôle d’Arthur, et Tamsin Egerton dans celui de Guenièvre… Bref que du beau monde !

camelot

La première saison comptera 10 épisodes et le tournage débutera en Juin en Irlande et se poursuivra jusqu’en Décembre, pour une diffusion courant 2011.

Le nom de Starz ne vous dit rien ?

Je vous rassure, il m’était complètement étranger jusqu’à cette semaine.

Starz, c’est une petite chaine câblée américaine qui a vu récemment sa notoriété s’accroitre grâce notamment au succès de Spartacus : Blood and Sand.

Mais c’est aussi (et surtout) la chaine qui récupère le projet Torchwood aux States ! Après avoir échappé aux rumeurs d’un remake américain, nous voilà rassurés, une nouvelle saison de Torchwood verra bien le jour. C’est Russell T. Davies qui reste aux commandes (ouf !) et John Barrowman et Eve Myles sont d’ores et déjà assurés de faire partie du casting (re-ouf !). De nouveaux personnages viendront s’ajouter à l’équipe et il faut s’attendre à ce que la saison soit plus internationale. J’imagine qu’ils ne vont plus se contenter que de Cardiff…

Bref une bonne nouvelle et un gros soulagement ! Cette saison 4 sera diffusée pendant l’été 2011, sur Starz aux Etats-Unis et sur BBC One en Angleterre.

Pour vous prouver que Starz est une petite chaine qui monte, qui monte, il y a cet autre projet qui donne envie : Camelot. A ne pas confondre avec Kaamelott donc, mais qui sera elle aussi une série historique autour des aventures du roi Arthur.

Et le casting est plutôt prometteur : Joseph Fiennes (qui revient du flop de Flash Forward) sera Merlin, la belle Eva Green sera Morgane, on trouvera Jamie Campbell Bower (le Caïus de Twilight ou récemment Number 11-12 dans le remake du Prisonnier) dans le rôle d’Arthur, et Tamsin Egerton dans celui de Guenièvre… Bref que du beau monde !

La première saison comptera 10 épisodes et le tournage débutera en Juin en Irlande et se poursuivra jusqu’en Décembre, pour une diffusion courant 2011.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...