5 bonnes raisons de regarder Fringe

Alors que la saison 4 de Fringe est en cours de diffusion aux Etats-Unis, je me suis rendue compte que je n’avais jamais parlé de Fringe ici. C’est pourtant une série que je suis depuis le début et que j’aime de plus en plus ! Sans plus attendre, voici mes 5 bonnes raisons de regarder Fringe :

1. Une bonne série fantastique

Qu’on me cite une bonne série fantastique actuelle ! Depuis la fin de Lost, je suis restée sur ma faim. J’ai été déçue par Flashforward, plus récemment par The Event, et ce n’est apparemment pas Terra Nova qui va combler ce vide… J’en suis à regarder Warehouse13 d’un œil de temps en temps pour avoir ma dose de série fantastique !

A l’heure actuelle, Fringe est la seule série fantastique de qualité à laquelle j’accroche ! Je vous invite évidemment à me conseiller toutes vos bonnes séries fantastiques dans les commentaires…

 2. Une mythologie fascinante

Le problème avec ces séries avec une grosse mythologie, c’est que la série semble justement trop complexe pour le grand public ou pour celui qui n’est pas prêt à y mettre toute son attention. Sauf que moi, c’est ce que je préfère !

Dans Fringe, il n’y a pas que des histoires entre les trois personnages et le cas scientifique de la semaine. En plus d’une agence gouvernementale qui travaille en secret à élucider des monstruosités contre-nature, il existe depuis longtemps un univers parallèle, il y a des métamorphes qui viennent d’ailleurs, mais aussi des Observateurs, ces hommes sans âge présents à chaque événement important, et puis il y a aussi des expérimentations faites sur un groupe d’enfants qui possèdent des capacités hors du commun…

Plus les saisons passent, plus la mythologie devient passionnante. Chacun ses goûts bien sûr, mais personnellement les histoires d’univers parallèles m’ont toujours fasciné et dans Fringe dès la fin de la saison 2 le sujet est extrêmement bien traité !

Donc oui, la mythologie de Fringe est complexe mais c’est aussi ce qui rend la série si intéressante. Il y a tellement à dire, à mettre en place, à explorer que le public ne peut que suivre et s’investir !

3. Les relations entre les personnages

On peut ainsi croire que le cœur de Fringe est sa mythologie et ses dimensions parallèles, mais non. Le cœur de Fringe, c’est avant tout l’histoire tragique de la famille Bishop. Ce sont les relations entre les personnages, c’est la construction de la relation entre Peter et Walter, le fils et le père, après des années d’indifférence. C’est l’évolution de la relation professionnelle entre Olivia et Walter. C’est Astrid qui travaille avec Walter et voit en lui non pas un scientifique excentrique mais quelqu’un qu’elle doit protéger et aimer. C’est aussi la relation compliquée entre Peter et Olivia… Toutes ces relations complexes participent à la richesse de la série.

Si la série semblait vouloir se cacher derrière l’aspect fantastique de ces intrigues lors la première saison, elle s’en émancipe ensuite et réussit à placer le relationnel au cœur de ces épisodes.

Avec le concept des univers parallèles, les scénaristes ont un matériau passionnant pour éclairer sous un nouvel angle leurs personnages. L’alter ego d’Olivia Dunham nous permet de mieux comprendre et de regarder différemment la vie de notre Olivia, ses blessures et son enfance difficile… Dans la même idée, les motivations de Walternate mettent parfaitement en avant les erreurs de jugement de Walter, et nous font revoir notre propre perception du bon et du mauvais dans les deux univers.

Je trouve que cette importance des relations est la signature même de JJ Abrams, une profondeur dans les personnages sans laquelle l’histoire ne fonctionnerait pas. Exactement ce que j’avais aimé dans Lost ou encore dans Alias.

4. John Noble

 John Noble est absolument génial en Walter Bishop ! Je ne comprends pas qu’il n’ait encore jamais eu de nominations aux Emmy. Sa prestation est impressionnante, passant du savant fou à la fois brillant et totalement barré à l’homme brisé par des années d’asile. La découverte de son alter ego dans l’univers parallèle, Walternate, est l’occasion de montrer l’étendue de son jeu ! Son interprétation des deux Walter est si différente, si magistrale et qu’on croirait presque qu’il s’agit de deux acteurs différents !

5. Anna Torv

Toujours dans le casting, impeccable : Anna Torv.

Pendant toute la première saison, son personnage est froid, peu sympathique voire inintéressant, du coup pas facile de savoir si ça vient du personnage mal développé ou du jeu d’Anna Torv. Je ne suis peut-être pas objective parce que j’aime son personnage, j’aime son Olivia Dunham. Sans surprise, elle ressemble aux autres héroïnes qui me plaisent : fortes, indépendantes, un peu têtes de mules voire têtes brûlées. Celles qui cachent presque toujours un passé ou une enfance complexe, qui leur donne une facette fragile qu’elles ne montrent que rarement…

Bref, si j’aime le personnage d’Olivia Dunham, j’admire la prouesse d’Anna Torv ! Dès la découverte de l’univers parallèle, son évolution est impressionnante et son jeu balaye toutes les questions ! Elle est elle aussi excellente !

Elle a la possibilité d’interpréter l’alter ego rousse d’Olivia Dunham en jouant avec finesse sur leurs différences, leurs attitudes, leurs façons de bouger et de parler, c’est bluffant ! Quand elle joue une Olivia qui se fait passer pour l’autre et vice versa, on a la preuve de l’étendue de son talent ! Dans la saison 3, les scénaristes lui font même jouer William Bell qui prend possession de son corps ! L’épisode final particulier de la saison 3 et la nouvelle donne de la saison 4 ajoutent encore des nuances à son jeu, qui lui feraient mériter un Emmy à elle aussi !

Voilà pourquoi j’aime Fringe, pour toutes ces raisons… Parce que la série sait allier une mythologie passionnante à des personnages profonds et bien écrits. Et vous, pourquoi vous regardez Fringe ? Qu’est-ce qui vous plaît dans cette série ?

Day 29 – Current TV show obsession

- Actuelle série addictive

Fringe.

Fringe

Fringe regroupe tous les atouts de ce que j’aime dans une série : une bonne mythologie en trame de fond, des scénaristes qui savent pour le moment où ils vont, du fantastique qui s’intègre bien à l’histoire, des personnages assez complexes pour les rendre intéressants à mes yeux, des relations pas si simples voire compliquées entre eux…

Jusqu’à la fin de la saison 1, elle aurait pu rester pour moi une simple série fantastique comme tant d’autres, puis durant la saison 2,  il y a eu ce petit quelque chose en plus qui m’a rendu complètement addict.

L’idée des univers parallèles vraiment bien explorée et développée. Le mystère autour de Massive Dynamics, l’organisation haut placée qui semble en savoir plus que ce qu’elle veut bien dire. Des expériences interdites. L’évolution de la relation père-fils entre Peter et Walter vraiment bien menée. Le secret de polichinelle autour de Peter. La découverte des dons d’Olivia. L’équilibre instable de leur trio. Un John Noble que je trouve juste excellent épisode après épisode. Une Anna Torv que j’ai mis du temps à aimer mais qui me plait de plus en plus…

J’ai mis le doigt dans l’engrenage pendant la pause hivernale où j’ai compensé par la recherche de news, de photos, d’interviews, d’analyses, de fanfictions… Et depuis, je ne me suis plus arrêtée… Autant vous dire que je suis au taquet pour la saison 3 !

Day 21 – Favorite ship

- La relation préférée

Je suis une shippeuse dans l’âme. Je ne peux pas m’en empêcher. J’adore les relations compliquées, complexes voire impossibles.

J’ai hésité entre ma toute première obsession de shipper et celle que je développe en ce moment, c’est à dire entre Jarod & Miss Parker dans The Pretender et Olivia & Peter dans Fringe.

Et j’ai choisi Jarod et Miss Parker, parce que leur relation et leur jeu de chat et de la souris m’a occupée l’esprit pendant des années !

Le presque baiser de Jarod et Miss Parker dans l’Antre du Diable

Day 15 – Favorite female character

- Personnage féminin préféré

Le choix a été assez difficile, donc je vous fais part de mes hésitations. Mon cœur balance entre Kara Thrace de Battlestar Galactica, Olivia Dunham de Fringe et Sydney Bristow d’Alias (j’aurais même pu rajouter Miss Parker du Caméléon).

Vous l’aurez remarqué, j’aime les héroïnes fortes, indépendantes, un peu têtes de mules voire têtes brûlées. Celles qui cachent presque toujours un passé ou une enfance complexe, qui leur donne une facette fragile qu’elles ne montrent que rarement…

dunham-kara-sydney

Et comme il faut faire un choix, ça sera Olivia Dunham.

Juste parce que je suis un peu sous le charme d’Anna Torv, ce qui fait pencher la balance…

annatorv

Day 12 – An episode you’ve watched more than 5 times

- Un épisode vu plus de 5 fois

J’ai développé une légère obsession pour Fringe. J’ai vu tous les épisodes plusieurs fois, quelques uns plus de 5 fois, surtout les derniers de la saison 2… Jacksonville, Peter, Olivia. In the Lab. With The Revolver, Brown Betty, Over There.

Mais je vais choisir Jacksonville.

fringe_jacksonville

Les deux univers se mettent à fusionner accidentellement. Olivia doit réapprendre à percevoir le monde parallèle pour prévenir un autre incident. C’est dans cet épisode qu’on retourne aux origines des capacités spéciales d’Olivia. Pour ne spoiler personne, je n’en dirai pas plus, mais j’aime l’ambiance, l’expérience de Walter sur Olivia, sa colère, sa frustration, sa peur. J’aime la fin. Bref je m’en lasse pas.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...