The United States of Tara

The United States of Tara, c’est une petite série made in Showtime que j’ai découverte l’an dernier. Un peu OVNI dans l’univers des séries, vraiment originale et pas très connue en France, elle avait tout pour me séduire.

Tara

A l’écriture, on retrouve Diablo Cody, la blogueuse, ex strip-teaseuse et opératrice de téléphone rose, qui a été propulsée sur le devant de la scène grâce à Juno. A la production, c’est Monsieur Spielberg qui finance.

The United States of Tara, c’est l’histoire d’une mère de famille qui souffre d’un trouble de personnalités multiples. En début de saison, elle confie qu’elle arrête son traitement pour retrouver sa créativité et sa libido. Ses troubles de l’identité ressurgissent alors, et c’est le cœur de la série.

Toni Collette est Tara

Au quotidien, c’est son mari, Max, et ses deux adolescents, Marshall et Kate qui doivent apprendre à accepter la maladie de Tara et cohabiter tant bien que mal avec ses multiples personnalités.

Autant dire que si vous n’aimez pas Toni Collette, passez votre chemin.

Toni Collette (que l’on avait vu entre autres dans Little Miss Sunshine) interprète donc Tara, mais également ses autres identités.

Elle est donc tour à tour Tara, mère de famille, décoratrice d’intérieur qui travaille, Alice, femme au foyer rigide tendance Bree Van de Kamp des années 1950, T, adolescente difficile et insolente qui n’hésite pas à piquer les strings de sa fille et Buck, vétéran du Viet Nam grossier et alcoolique.

United States of Tara

Les quatre personnalités incarnées par Toni Collette sont tout simplement bluffantes. Sa performance est ultra-convaincante. Elle ne change pas seulement de costume, elle adapte son langage, son attitude, elle modifie complètement son comportement et assume effectivement quatre rôles en un ! Une interprétation qui a déjà été récompensée par deux fois et ça n’a rien de surprenant.

Entre comédie et drame

La réussite de United States of Tara, c’est aussi d’aborder la vie de la classe moyenne américaine sans forcément mettre les pieds dans la plat. Vivre le trouble de Tara au jour le jour permet d’explorer avec légèreté les difficultés du quotidien des enfants (un peu trop adultes pour leurs âges) et du mari (qui tente de vivre comme il peut avec une femme malade).

Ce qui peut déranger dans la série, c’est son hésitation constante entre la comédie et le drame. Les différentes personnalités sont franchement drôles et on rit parfois de bon cœur dans certaines situations, juste avant de revenir vers Tara, seule face à sa détresse et ses angoisses, certainement la plus lucide face à sa maladie.

Un temps d’adaptation est sûrement nécessaire avant de se laisser complètement embarquer dans cette famille ordinaire. Parce que le plus déroutant dans United States of Tara, c’est qu’aucune explication n’est fournie. La situation se livre peu à peu, au fil des transformations de Tara. Un semblant de réponse est esquissé en fin de saison 1 et ça ne donne qu’une envie : voir la suite. Ça tombe bien, la diffusion de la saison 2 vient de commencer !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 réflexions au sujet de « The United States of Tara »

  1. J’ai commencé la saison 2, et ben ça commence sur les chapeaux de roue !
    Que du bon avec cette série et j’attends avec impatience la suite.
    D’ailleurs est ce que les audiences sont bonnes aux US ?

  2. Je m’y suis mise aussi et j’avoue que j’ai pas accroché tout de suite car comme tu le dis si bien ça oscille sans cesse en tre drame et comédie. Les personnages étant très attachants, j’ai poursuivi avec la saison 2 et je ne regrette pas et attend impatiemment d’en savoir plus sur le déclencheur de la maladie de Tara (Toni Collette excellente une ois de plus)

    • C’est bien d’avoir persévéré ;)

      Je sais pas où t’en es, mais dans les derniers épisodes, ça tourne autour d’éventuels déclencheurs de la maladie et ça devient bien intéressant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>